Les espoirs des agriculteurs sont ravivés par les premières pluies

Les premières pluies que de nombreuses régions du Royaume ont connues ces derniers jours ont ravivé les espoirs des agriculteurs, qui ont pu, malgré toutes les difficultés, gérer une année marquée par la crise résultant de la pandémie Corona et le manque de pluie.

Avec les premières pluies, et bien qu’il soit trop tôt pour prédire quoi que ce soit, l’espoir que la saison agricole 2020-2021 sera prometteuse a renoué avec les agriculteurs, qui ne ménagent aucun effort pour faire face à diverses circonstances difficiles.

Mercredi dernier, la région de Casablanca-Settat a connu des pluies allant de 15 mm à El Jadida et Benslimane à 31 mm à Mohammedia. Cela n’a pas relancé les espoirs des agriculteurs de cette région qui revêt une grande importance compte tenu de son énorme potentiel agricole

En général, les pluies qui se produisent au début de la saison agricole sont considérées comme une priorité vitale car elles contribuent à faciliter la culture du sol. La pluviométrie, en début et en fin de saison, est essentielle pour réaliser une bonne récolte. Si cela n’est pas possible, l’agriculteur est obligé d’utiliser l’infrastructure d’irrigation, qui est coûteuse et nécessite un entretien régulier

La saison agricole nécessite des préparatifs à l’avance

Avant la première pluie, le comité stratégique du secteur agricole s’est réuni pour discuter des préparatifs de la saison agricole 2020-2021, en septembre dernier.

Concernant cette campagne, un programme de distribution des principales cultures d’automne couvrant une superficie de 5,8 millions d’hectares a été mis en place. Compte tenu des économies de ressources en eau et des conditions climatiques changeantes de la saison d’automne, ce programme concerne les semences de céréales, les légumineuses comestibles, les cultures fourragères, les cultures sucrières et les légumes dans toutes les zones agricoles du Royaume.

Quant aux prévisions, elles s’annoncent bonnes pour la production du secteur des fruits, avec une augmentation de la production d’agrumes de 29 pour cent, d’olives de 14 pour cent, de dattes de 4 pour cent et de grenades de 2 pour cent.

Il est clair que l’agriculture est un secteur majeur dont dépend l’économie nationale pour une reprise sur des bases solides. Les attentes semblent également positives, comme le montre le projet de loi de finances pour l’année 2021, qui prévoit une reprise de la valeur ajoutée agricole de 11 pour cent, mais avec la réalisation de l’hypothèse d’une récolte agricole de céréales de l’ordre de 70 millions de quintaux.

Le projet de loi de finances a également placé la mise en œuvre des principaux projets liés à la nouvelle stratégie agricole «Génération verte 2020-2030» au centre des préoccupations de l’année à venir. Ces projets contribueront inévitablement à atténuer l’impact de la crise et à limiter les pertes d’emplois, voire à créer de nouvelles opportunités d’emploi.

Selon les chiffres publiés par le Haut-Commissariat au Plan, 258 000 emplois ont été perdus dans le secteur de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche au cours du troisième trimestre de cette année, du fait de la perte de 260 000 emplois en milieu rural et de la création de 2 000 emplois en milieu urbain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *